A B

Publié le par dédé

Béatrice

 

 

Et oui.

 

 

Et parce que j'en peux plus de tout garder. C'est vrai ça, merde. Et moi je fais quoi ? Si non ça va. C'est le drame de la pauvreté si j'été riche et toi aussi on n'en serait pas là je serai chez moi au fin fond, du fond, du fond (comme maintenant mais physiquement et pas mentalement) et toi tu serais chez toi (en ville pour le lecteur) à t'évader par le changement d'idée… [Je termine l'écriture au changement de page ok ? Le compteur c'est le branchement sur le net qui le compte OK? Après y'a peut-être une relecture ?? OK] sinon chacun chez soi et on n'aurait que du bonheur. - sinon chacun chez soi et on n'aurait que du bonheur? Est-ce l'usure du pouvoir du couple ou bien que je ne t'aime plus ou parce que je t'aime trop ? Ou du moins ma jalousie et plus forte que mon amour pour toi. Ou du moins je suis "très" attaché a toi.                                                                                         

 

 

C'est peut-être aussi le sentiment d'être abandonné ou le sentiments que tu gâches tout ! …et toi aussi. Etre abandonné : et oui maintenant que je me suis habitué à toi ça me ferais tout bizarre que tu partes. Moi le célibataire par choix remarques, ils disent tous ça comme tout les innocents le clament en prison… quoiqu'il en soit mon coeur est naît (avant toi) puis c'est fendu (toujours avant toi) et c'est ouvert pour toi (le bon choix ?) le dernier ?! la dernière…

 

Le sentiment que tu gâche tout : non pire tu ne respect rien : un repas zappé, une soirée dans une semaine ou pendant 5 jours nous étions à droite ou à gauche et tu veux le voir (oui lecteur y'a un il de trop dans cette histoire !) (Non béa c'est pour le suspense il n'est pas de trop ; il est ! c'est tout et je dois faire avec (…. Avec cette idée ! Car tu m'empêches de le côtoyer ! Raison de plus pour m'inquiéter…). Est-ce que tu le faire exprès pour que je réagisse ou que tu réagisse ? Ton avenir (psy ?) le dira… et pourquoi je m'appuis sur ton psy ou sur notre avenir (avenir écrit si ce n'est bouché) pour résoudre cette situation difficilement tenable…

 

Si non tu te gâche peut-être toute seule ou avec moi ? Ça c'est la question après le constat ! Toute seule il est vrai que tu viens de loin non pas que je t'es sortie du fossé mais t'étais un peu mal en point et je voulais t'ouvrir au monde que tu avais raté pendant ses si longues années et puis hop on retombe dans le même panneau : en couple et on s'enterre, on s'en… (on sent ?! (la mort))… Quelle vie de con la vie de couple, comme je disais avant et comme je ne peut que constater… merde je m'y refuse (tiens j'aurais pu dire je nous y refuse (preuve que je suis aussi fautif !)) (26:36).

 

 

Et lui et quel(s) solution ou avenir à cette situation… ? Ça fait je ne sais plus combien de temps qu'on se touche plus qu'on ne se parle plus (si ! on se parle, mais que de conneries…). Non, on gère notre présent et notre passé (plus ou moins commun (merci ta mère (au fait es une excuse ?!) et on n'a plus d'avenir (gosse, maison et autre merde marketing genre chien et barrière blanche toute autour….).

 

On ne se touche plus ON NE SE TOUCHE PLUS ! J'en crierais bien mais ça ne servirai a rien car j'imagine que ça ne repartira plus que c'est cuit et belle et bien fini. (Et je n'ai pas dis coucher mais toucher) Inventer d'autres trucs - faire une pause (merde je suis un mec et ma mains droite en attrape des crampes) – aller voir ailleurs (non c'est toi que j'aimerai que tu prenne ton pied avec moi et par moi !) – consulter pour remettre NOS problèmes dans les mains des autres ……… non c'est cuit.

 

Cartésiennement parlant je te préférerais dans les bras (j'avait écris bars au lieu de bras !;-)) (Ou cuisses !) D'un autre que finir notre vie de trentenaire comme ça…

 

 

 [Il faut que je te fasse lire cette lettre !] [Peut-être pas pour noël mais faut que je te fasse lire cette lettre !]

 

 

Et merde on n'a pas besoin de se toucher (là c'est mon côté femme qui parle ! je peut te le certifier ! putain quand je vois ton petit cul en jean ! et dans ton bain, et quand je croise une petite culotte sur le séchoir à linge (tu vois dédé y'a des bonheurs de la vie de couple !)… non le plus con c'est qu'on ne se parle plus et en disant on ne se parle plus je veut dire on ne rêve plus !

 

On ne rêve plus. Plus de rêve, plus d'espoir, plus de vie. Oui ça peut se résumer ainsi. Rectificatif : plus de vie …, ensemble car j'ai placé des (vains !) pions ailleurs comme tu l'es en train de le faire (seulement) maintenant. En effet, ton investissement dans la vie associative est là pour te faire apprécier ta vie a travers l'autre. Soit en fière et continue !

 

"Plus de rêve, plus d'espoir, plus de vie" et si on prononcé les S : PluS de rêve, pluS d'espoir, pluS de vie. Moi je suis pour et avec la même équipe ! Mais bon si des fois ce n'étais pas le cas dis le moi et le plus tôt sera le mieux je préfère mourir violemment que de me faire bouffer par un cancer !

 

(51:38)

 

 

Et oui : "je t'ai appelé Béatrice" [tiens ça ferait un jolie titre de livre]

 

 

Et pour finir par une note d'optimisme :

 

je t'aime

 

 

PS : Ça me fait du bien.

 

PPS : tu pleures : je te grondes !

 

Publié dans Béatrice

Commenter cet article