Quand Mireille ajoute un commentaire

Publié le par dédé

Dans "N'envoyez pas de fleurs, cultivez les !", je disais, en gros, et entre autre, que c'est bien de dire "merci" ou "pardon" mais que c'est mieux de "faire mieux que ce qu'on a reçu" ou "faire une meilleure action que celle qui a causé du tord"...
(Si vous n'aviez pas compris ça, j'espère que vous me comprenderez cette fois-ci....)
(De plus : parole de dédé n'est pas évangile, et ce qui me botte, ou marche pour moi..., ME botte et marche pour MOI... A vous donc d'en prendre et d'en laisser...)
Donc suite à ce texte Mireille a ajouté ce commentaire. Commentaire que je repositionne ici pour que tout le monde puisse le lire.
Commentaire qui m' a laissé et me laisse toujours sans voix !

Mireille c'est à toi (et pour toi ;-))

N’envoyez pas de fleurs : cultivez les !

A cette seule phrase, toutes les femmes sauront qu’elle est écrite par un homme…

Qu’y a-t il de plus merveilleux qu’une fleur, dans toute la création ? Qu’y a-t-il de plus merveilleux que d’en recevoir ?

Bref, toujours remarquable le Dédé !


L’apanage des Hommes Vrais : la rusticité…..

Ainsi, FAIRE c’est mieux que DIRE ?  Vraiment ?

L’homme oublie trop souvent qu’il est un grand privilégié : on lui a donné le VERBE !

Il ne s’en sert pas, ou mal…..

A 60 ans, je suis triste de ce constat. Ca m’égratigne le cœur et l’âme.

Certes, oui, tu as raison, il faut aussi faire, et faire mieux. Mais un merci n’est jamais fugace, Dédé.

Voilà bien les hommes, jamais savoir dire en tête à tête …. Tu me rappelles quelqu’un Dédé. Tu me rappelles l’Homme le plus merveilleux de la terre. (Eh oui, désolée, mais tu n’es que le second) Celui qui est mon Homme, mon Amour, mon Amant, mon Soleil. Un rustre comme toi. Tu me rappelles celui que J’AIME, que J’AIME, que J’AIME ! ! !


Lui non plus ne sait pas entendre les mots.

Alors, imperturbable, je continue. Je le dis, je le hurle au monde, sur le blog de quelqu’un que je ne connais pas et que pourtant j’apprécie pour les mots qu’il y place….


Je hurle pour que mes mots se diffusent, pour qu’ils se répercutent en particules d’amour sur tous ceux qui voudront bien les lire.

A ce jour Dédé, la femme d’un certain âge que je suis peut te dire que donner, faire, c’est facile. Mais il faut également apprendre à recevoir…  Et recevoir, ouvrir son cœur aux cadeaux des autres, nom de zeus, que c’est difficile, n’est-ce-pas Dédé ? ….

Et pourtant pour faire pleinement l’expérience de la vie, il faut choisir le cercle : envoyer  ET recevoir. Mais…… ce n’est pas tout ! Le point de départ du cercle, c’est le respect, l’amour de soi-même !  Alors seulement, le roulement de l’amour universel se met en marche.

Trop enfermé dans les conventions, trop coincé par notre éducation, on croit bon se dispenser de Dire parce que l’on Fait…..

Faire mieux, dis tu ! Et bien en Disant, j’essaie de faire mieux. J’essaie d’oser.

Remonter tes manches (et tu dois le faire souvent…) ne te dispense pas de Dire, à tes voisins ou à des inconnus, que tu les aimes.


Dis moi Dédé, combien de fois as tu pris le temps de faire une pause devant ta Béatrice, de prendre ses mains dans les tiennes et de dire à ses yeux : je vous aime, mes petits lacs…

 
Et ne me dit pas que tu lui a dit autrement ! Tu vois, je connais l’échappatoire masculin…..

Joindre les mots aux actes, qu’en penses-tu ?

Bien sûr que Faire c’est magnifique ! Je suis extrêmement touchée par ceux qui consacrent tant d’énergie pour réaliser la MàL à pédales. Non ce ne sont pas des rêveurs et des utopistes. Ce sont des pionniers qui ouvrent une autre voix. Voilà une démarche qui est un acte d’amour envers la vie et je vous dis à tous : merci.

Rassures toi Dédé, la culture des fleurs, je connais…. J’en dépose une sur ton cœur pour te dire : merci pour ce que tu Fais.


Et je reste à l’écoute de ce que tu as à Dire.


Mireille

Publié dans Blogstruction

Commenter cet article

dédé 01/03/2006 15:42

Parce que tu le vaux bien !...;-)dédé

CotCot 01/03/2006 14:11

Bigre, je suis toute émue de me retrouver ainsi, en plein phare, sur ce blog.
Merci Dédé, au moins toi tu vis à "coeur ouvert" vers LES autres.
Mireille