448 000 000 questions, zéro réponse. 2/2

Publié le par dédé

Cet enfant nous le voulions. Enfin je crois ?
Il est clair que les conventions et la société (la vraie : famille+voisin), nous l'avaient demandé moult fois.

La première c'est teminée à l'hosto : grossesse extra-utérine. une trompe à zéro.

La deuxième est passé par l'hosto : fausse couche : un cas sur dix il parait.

Là, on (Béatrice) attaque un traitement....

    Puis comme une enclume qui tombe du ciel,  je me suis découvert une varicossèle : une varice à la testicule ! Les symptômes sont cool, messieur : une impression qu'un petit malin s'amuse à pincer entre trois de ses doigts, votre testicule (gauche) de plus en plus fort, doucement au début, puis de plus en plus fort ! Grâce à ma bonne étoile, je n'ai jamais été torturé. Mais au bout de 5H00 d'examen aux urgences, sans pour autant un quelconque calmant, le seul truc qui me faisait ne pas hurler et/ou étrangler du personnel de soins pour un anesthésiant, c'était les gars de la Résistance (et les autres...) : comment ont-ils fait face à la "gégéne" ?
    Mon ginéco pour homme (urologue je crois ???), m'a donc fait passé un spermogramme et spermocytogramme. Je disais un "spermokilo" pour faire rire ! Et là : 448 000 000 de spermatozoïdes par éjaculat moins : 20% de morts, les quelques tarés 34%, les 4 microcéphales, celui à la tête allongée, celui sans tête, les 3 avec une falgelle enroulé et celui qui n'en a point (je suis sur que c'est la deuxième partie de l'autre sans tête !) ; pour les non-errotologues de l'assistance : tout est normal.

    Après 15 jours au calme (là "'échapatoire" c'était la télé ! car le coup de la migraine, je l'aurais bien recyclé..), nous (Béatrice et moi en souteint morale) recommençons le traitement. Compter les jours (pour être sur) et attendre la fin du mois... Au lieu de laisser faire la nature, et de se laisser faire...

    Les mois passant (ou l'émoi passant ?)...., aucune cigogne n'est plus jamais repassée. SALOPE ! Voir un ventre rond, une poussette, une main sur une rondeur, une saloppette (signe qui ne trompe pas !) commencait à lui donner la nausé. J'ai tenté de soulager cette pression sociale... ...en vain...
    Si le papa avait reçu un paquet de graines foireuse.... Malheureusement nous avions désormais la preuve. Et si ce n'est pas le père c'est donc la mère...
    Ainsi donc, son présentiment "depuis toute petite", chaque mois qui passe, le regard des autres, chaque mois qui passe, une trompe en moins, chaque mois qui passe, le regard sur les autres (femme devenant ou devenu maman), chaque mois qui passe, mon impossibilité à la faire s'aimer, chaque mois qui passe,
...ont eu raison de nôtre amour.

Mais je n'arrive pas à m'y résigner !

Mais y a t'il un problème ?
Car il me semble qu'il n'y a pas de solution !

dédé






Publié dans Béatrice

Commenter cet article