Silver surfer is déd'

Publié le par dédé

    Voilà ce week end, et suite à un début de semaine (dernière) un peu ombragé, j'ai fait plein de trucs (provoqué ou non mais toujours voulu) histoire de ventiler les nuages de mes (mon ! ) récents événements. Et comme ça va bien (mieux ?), je ne vous raconterais pas "à quoi pensent les vieux quand ils dansent"

    Déjà le vendrdi en accompagnement scolaire nous avons peint des masques pour faire un totem collectif. Et quand je dis "nous", c'est que je me suis mis moi aussi à peindre mon masque ! Je ne vais pas vous faire une interprétation crypto-freudienne du dessin, mais juste dire que ça m'a éclaté de faire des tâches et barbouillis de différentes couleurs. Genre retour en maternelle ! ...tout comme d'ailleurs mes "élèves", car en primaire ils ne peignent plus... :-((((.
    Et vu que la peinture n'était pas sèche en fin de scéance, j'ai proposée à ma chef d'aller boire un pot... C'est ma chef car c'est elle qui est payée par l'asso qui nous emploie, et parce que j'aime bien faire enfin un truc de bénévole sous les "ordres" de quelqu'un d'autre pour une fois. Et puis c'est ma première chèf-E ! Et là aussi c'est cooooool....
    A l'entrée du PMU j'ai vu le regard complice du patron et d'un collègue de comptoir. Puis en causant avec Claudine (ma chef s'appèle Claudine), j'ai eu des "flashs d'homme". Un "flash d'homme", c'est le momment ou malgrés ma concentration je ne peux que contempler la beauté (générale mais bien "orienté") de l'autrE. (et j'ai écris "contempler" et pas envier ou ...). Et oui, Claudine est une fille mignonne comme un coeur, genre t'aimerais être Du Bellay et à proximité d'un champs de rose...  Je ne l'avais pas vu au départ à cause de ma casserole affective, sa jeunesse (25 ans à tout casser), parce qu'elle est blonde (je ne suis pas attiré physiquement par les blondes, y'a rien à voir avec un quelquonque QI ou QA (quotient d'âme)...), et qu'elle à un look plus pratico-nouveaubab qu'executiv'woman, et que c'est l'hiver, alors on se couvre par ici...
    Mais bon j'espère que vendredi prochain on fera de la peinture et que le printemps nous accompagnera jusqu'en terrasse (je rêve : c'est que je vais mieux non ?...).

    Aprés je suis retourné au PMU pour ma scéance hebdomadère. Là on a sentie la neige arriver.... "Vaïe chira" comme on dit dans le coin en patois (traduction qui ne s'invente pas : "il va neiger !"). J'ai même joué (en collectif) à "la nocturne" pour payer 4.50 euro d'împots comme les autres, pour vous dire comme l'ambiance ma pris ! Le boss était le premier à décoller (vu qu'il passe des examens de santé cette semaine...) et à tirer la tresse de poivrons ! Mais il me soigne (comme lui d'ailleurs), en me faisant sauter des tournées ou en noyant mon galopin à la limonade... Le final fut grandiose, quand terminant à trois, une compagne est venue frapper au rideau pour faire rentrer son mec. Philippe (le boss) étant comme moi récément largué, c'est Gilles qui s'est fait griller ! C'est de sa faute, il a téléphoner "je rentre de suite" avant de passer nous dire "un petit bonjour vite fait", 5 heures avant....

    Samedi je suis aller bouffer un Aligot avec les membres d'Arlempdes Nature, avant l'Assemblé Générale le lendemain. Cette AG d'Arlempdes Nature tombe toujours le jour de l'Ouverture. Comme quoi, on peut-être écolo pécheur et fétard ! Moi ? je n'aime pas le poisson ! Et là à 1 heures du mat, on devait aller écouter le Grand Duc au pied du Château d'Arlempdes (1er chateau sur la Loire qui est grande comme un pédiluve de piscine, perché sur un dyke basaltique : grandiose...), mais on a fait de la luge au clair de lune et par un puissant vent du nord. Par moins 10,  moins 15 (= moins 7°C plus moins 1°C par dizaine de kilomètre heure de vent), la Loire qui sintille au fond de la gorge (et la gniole au fond de la mienne...) j'ai fait du surfe sur une luge en plastique !
    Je ne savais pas qu'à 35 ans j'était encore capable de m'émerveiller de nouvelles prouesses de mon corps (et seul !).

Dimanche matin : boulot. Et en après midi reportage à l'AG et au Thé Dansant des Anciens Combattant (le seul coup de cafard du week-end, mais générale sur l'âge et les meilleurs années de sa vie...).

    Conclusion générale : je ne suis pas mort (et de nul part !)

dédé

Traductions du titre : "Le surfeur d'argent est mort" ou "C'est dédé le Surfeur d'Argent"

Publié dans Costaquarium

Commenter cet article