Loads of hugs,

Publié le par dédé

    Une fois n'est pas coutume, je me fends d'une lettre en ce vendredi. Trop creuvé pour faire autre chose (le jardin...), je laisse mes pensées guider ma petite aprés midi en attendant le goûté et le soutient scolaire... (la vie est trop dur !)

Loads of hugs,

Eeva a terminé sa lettre ainsi... Traduit par des logiciels de traduction automatique ceci nous donne :
(Les) charges d'étreintes,

Un titre de roman !
    Je pense qu'on pourrait raisonnablement traduire ça par un "je t'embrasse de tout mon coeur", mais ce ne serait rien qu'une politesse affectueuse par rapport à "les charges d'étreintes"...

    Quand le texte n'était qu'en anglais, j'avais lut "Lord of the hugs", ce qu'on pourrait donc traduire par "Seigneur des étreintes"... Ce qui laisse rêveur connaissant notre histoire...

    Ainsi à cause d'outil de traduction (publicitaire), je suis un peu déçu (ou déchu... ;-)), mais je n'en reste pas moins rêveur...

    Pour la petite histoire j'ai connu Eeva (une finlandaise des plus délurée) à Angers lors de mon séjour labà... Moi déraciné, elle étudiante Erasmouss de bière, nous avions nos habitudes au Carpe Diem chez Ludo a écouter du jazz les vendredi soir à l'apéro...

soupirs

    De temps en temps, je la courielle de quelques nouvelles du front...

dédé

Publié dans Vie intérieure

Commenter cet article