...si ma remorque...

Publié le par dédé

Ce matin je n'ai pas pu lire le journal au travail...
    Après une minie grasse mat de 5 minutes, je suis aller taffer. Au bar, je me suis attardé sur le cafè et sa discussion portant sur l'écologie. Rien de spécial mais j'ai partagé avec un bon collègue forain doublé d'un type bien. Je l'ai d'ailleurs invité ici à voir mon vélo machine à laver (salut "l'olive" ;-)). Ainsi j'ai déballé en retard...
    Pas si en retard que ça, mais vue la froideur de ce samedi (0.5°C au réveil) les gens étaient speed pour être servis. En plus, ils avaient faim ! Donc si je n'ai pas pu lire le journal pour cause de client, et donc de travail, c'est tant mieux pour le bizzzness... J'ai fait une bonne petite matinée. ça faisait très lontemps que je n'avais pas servi de client (presque) l'un derrière l'autre. Car à part un quart d'heure de vide sur le coup des onze heure (plus mes pauses discussion et course...), il m'a sembler ne pas pouvoir m'assoir !
    Mon banquier sera content. Et moi je vais me r'habituer (enfin) au rytme du travail. Par contre deux choses m'ennuie : je devrai trouver un autre moment pour ma lecture ET (et pas des moindres) je n'ai pas cette P* de remorque !

    Oui ça faisait longtemps ! Mais si j'avais mon outil de travail, je pourrais mieux présenter ma cam ! Quoique le stand de misère incite bien le chaland à venir me voir... Aller une photo pour preuve... (vous aller voir le look "petit producteur-manouche des marchés" !)


(...)

Voilà.

    Avec ma chtite remorque je pense que cela ferra tout aussi '"petit producteur", mais avec moins de taff et sans cette impression d'improvisation voire de négligeance... Il est clair que je joue sur cette notion usurpée de petit producteur, mais que sur la distance... En effet, de près, je présente jusqu'à une centaine de fromages différents : impossible donc à faire à un seul ! Mais le côté "impro" ou "Made in Faimain", je le laisserais bien... D'un côtè les marchés souffre encore d'une réputation d'arnaques possibles (mais seulement pour les non habitués ! Car une comparaison avec les GMS sur la qualité, le prix et le "social" nous remette à notre place : dans le vrai et l'humain), et je rappèlle que je bosse hebdomadairement sur les mêmes marchés, été comme hiver, et ceci en alimentaire !     Dernières petites choses techniques : les plaques de froid congelées que j'utilise attaquent la présentation de certains de mes fromages (mon Super Nectaire fermier* par exemple ! )... Et puis il faut tout charger, déballer et remballer puis redécharger ! 2 à 1 mètres cube de fromage (2 en partant et 1 au retour en ayant "un peu" vendu de cam...) en 4 fois, je risque de prendre du muscle !... Et puis je ne fais pas ce métier pour travailler..., Pas con : c'est juste pour vivre !

    D'ailleurs, et pour être honnête, j'ai relancé vendredi, la boîte qui devait me faire ma remorque pour il y a 3 semaines... Un troisième interlocuteur m'a répondu... Il s'agit non plus du directeur commerciale ou de son adjooint, mais de la dame qui était partie à la Poste le jour de ma commande... Vu que ce n'est jamais le PDG d'une boîte qui va à la Poste, et que généralement l'égalité des sexes reste à la porte des entreprises (sourtout celui dit faible), je déduis que ces "pleutres" (exellent comme mots !) ont envoyé aux charbons la chtite secrétaire à tout faire... Elle m'a écrit qu'elle m'écrit le 3 mai pour me préciser une date (en français dans le texte ! ). Je lui ai répondu que je la remercier, mais que je connaissais ma date de réception de commande, et que prète ou non, << je ne me déplacais jamais pour rien, foi de forain ! >>
    Bon il est clair qu'en tant que creuvard de forain il y parfois des marchès où je ne paye pas le gasoil... De plus, les tourneurs (forain spécialisés en foire) se ramassent aussi (et de plus en plus souvent...)... Mais j'ai bien aimé l'invocation au mythe du forain fou de rage et insolvable qui peut avoir un grand coeur aussi dans la bagarre ! C'est le côtè manouche de notre catégorie de commerce non sédantaire qui nous permet d'avoir un certain aura (bien teinté) auprès des sédentaires, fixes et autre terriens. Comme quoi, le négatif, la mauvaise réputation, le manque de statut reconnu, peuvent être tournés à son avantage.
Quand on n'est rien, on n'a rien à perdre...

Rien à perdre ?

Et si ma remorque s'avère moins vendeuse ?

dédé

* pour Saint Nectaire Fernier AOC...

Commenter cet article

sourire741 03/05/2006 14:49

L'est mignon ton étal !! Mais je suis certaine que ça ira très bien avec la remorque. C'est pas le matériel qui fait le vendeur, c'est l'homme !! Si l'homme ne change pas tout va bien.