...cette égratignure n'est pas encore cicatrisée...

Publié le par dédé

    Je l'avais sentie dès la semaine dernière... Une certaine évanéscence dans le discourt..., un fluide de portance parasite dans la conversation qui la tire ailleurs..., un je ne sais quoi, qui fait que je ne suis plus en tête de liste de ses pensées...

    Sa présence, cet après midi, ici, pour une courte visite (j'étais HS de mes performances alcoolo-sportives de ce long week-end), n'a fait que confirmer la chose.

Que je sois clair.

    Si je ne suis pas encore remplacé, le processus est moche et bien enclenché.

    Dès que je l'ai vu (Lui) il y a un an, je savais qu'il lui correspondait mieux que moi... Ce n'est pas que je veuille me faire passer pour le cocu qui avait tout prédit, mais Béatrice sans quelqu'un ça ne durera jamais longtemps. C'est comme ça. L (comme Lui) est un type bien...., le peu qu'on m'a laisser le fréquenter (...). Il lui correspond mieux en point de vue de vie, que moi. Surement moins cérébrale et moins exigenant philosophiquement, ils n'en seront que plus heureux et auront beaucoup d'enfants...

C'est juste des faits, même si j'en suis que mieux défait.

    C'est moi qui lui ai posé très rapidement la question : " Tu es amoureuse ? ", comme un meilleur pote ou un frère. Elle a répondu que ce n'était pas ça, mais qu'à force de se cotoyer.... ceci arrivera. (Autant dire trop tard ). C'est toujours en coup, un de plus, mais je crois qu'il ne me fait plus reculer. C'est une grosse tappe dans le dos pour enfin me faire avancer. J'ai les larmes aux yeux car là elle va partir encore plus, et s'éloigner toujours plus loin de moi. Mais j'ai un putain de bon sourrire qui coince ma grande gueule !

Déjà j'ai eu ma réponse : C'est fini entre nous. Elle ne l'a pas dis dans ses termes mais c'est "synonyme tout pareil".
Abandonné, chassé mais LIBéRé !

    Elle a pris sa totale liberté. Je ramasse la mienne. 
.... et je bouge de ce bouge, lit de ma défaite.

    Génée, elle n'a pas souhaité s'étendre plus longuement sur une histoire par encore née. Je comprend tout à fait, et suis vite retourné de meilleur pote à récent-ex. Mais en tant qu'ex je lui ai dit que je prenais L pour un type bien mais que je serais surement speed quand je les verrais ensemble.
    J'ai voulu aussi lui dire aussi que c'était bien qu'elle redémarre après nous, qu'elle ne se presse pas trop aussi car elle l'avait regretté pour nous (surtout la mise en ménage commun), qu'elle était toujours aussi et de plus en plus belle et rayonnante et que je l'  " apprécie "  toujours beaucoup... ...aussi...
Mais bon je lui ai dit simplement que c'était cool. Mais j'ai le temps pour lui dire tout le reste (ou a peu près tout le reste...)

    Détourant la conversation, elle a bloqué sur une fiole de L72, de l'homéopathie pour bien dormir les nuits de grosse chaleur estivales, que j'ai du dérangé récement... Elle a cru que j'en prennais. J'en n'ai pas le souvenir, du moins, dans ses 6 derniers mois... Alors j'ai blagué sur mon état possible de grand malade. Je lui ai même montré que j'ai choppé un cancer de la peau d'un point de rousseur, avec ces (mais pas ses) conneries...  Et lui ai dévoillé ma brûlure que je me suis fait (exprès il y a 4 mois et demi ) au niveau du coeur.... Un truc con au possible...
    Un trip con au possible : voir si un fer rougie à blanc par ma forge faisait plus mal que son départ... Tu chauffe à mort une tringle de fer a béton, et tu plante entre deux côtes au niveau de ton coeur... Et quand ça ne chauffe plus, tu retire en t'appercevant que si ça transpercait, il y avait le muscle du myocarde juste derrière...  Un con au possible...
    Sentir, se sentir vivant (ou marqué), voir si un fer rougie à blanc faisait plus mal que son départ...
    La candide m'a quand même demandé si c'était le cas ! Là, je lui ai répondu en secouant légérement la tête et en la questio-défiant du regard d' "appréciation" que je porte sur elle, comme pour lui dire que sa question est des plus incongrue : ma douleur n'est pas comparable à ce tatouage mémorrielle et mortifère mais que physique...

Trois larmes, un clin d'oeil échangé




Et le plus con, c'est que cette égrantignure n'est pas encore cicatrisée...

dédé

Publié dans Béatrice

Commenter cet article

Marie (sourire741) 10/05/2006 20:21

Ah les hommes...réfléchissent pas toujours on dirait. Un bisou pour la soigner, ça peut pas faire de mal, si ?

Tis 09/05/2006 13:46

D'accord avec toi ce trip était vraiment débile. D'autant que tu ne sais pas combien d'autres histoires d'amour t'attendent encore...Avec quoi soigne-tu ta plaie ?