travail(le) en silence

Publié le par dédé

    Maintenant je rechute un peu de cette semaine de speed... j'en suis même fatigué... Et chez moi la fatigue me rend irritable.

    Non je ne suis pas adèpte, même dans ces cas là, du coup de gueule injustifié. Disons que je parle fort et fermement, et que la bétise des gens me saoule négativement à ces momments là.
    En temps normal, je laisse déballer la morve, tente de trouver les circonstances forcément atténuantes, dégage les tenants exogènes et parasites (et il y en a beaucoup ! De plus, ils diffèrent suivant la personne qui "rapporte" mais si réfèrent toujours ! ), imagine les aboutissants en les minorant, prend un exemple ailleurs (le top : d'abord sur moi puis sur mon interlocuteur...), et conclu que le soleil devrait encore se lever pour tous le lendemain.

    Mais ce matin quand on m'a relaté dans le blèd d'à côtés une question d'un voisin à mon propos... Là j'ai parlé fort et fermement, tout en rajoutant une invitation spéciale.
    Je m'explique : Nous avons l'habitude, un d'jeuns qui effectue certains job plus ou moins bénévols comme les miens, et moi, de discuter du temps et d'autres choses les mardis matins à 7km d'ici sur mon petit marchès du jour. Ayant à peu près la même vision des choses (moi surement plus punk-rock'n'roll et plus autogérèe), on se fout des travers de ces (notre) petits pays qui passe leur temps à se regarder au lieu d'aller voir ailleurs... Et quand je dis "on se fout", c'est qu'on en rigole sur, mais sans jouer aux langues de vieilles filles frustrées du bonheur des autres, et que des fois, on en tire des conclusions que si elles étaient au pouvoir, elles feraient pitêtre avancer...

    Enfin ce pote viens me voir et me dit que "quelqu'un" voulais savoir si "ce qu'il avait entendus" sur moi "était vrai" et ce, à propos d'une de mes délégations volontaires et gratuites (moi en tant que président du comité des fêtes). Rien qu'en lisant les 3 dernière expression en italique, je pense bien avoir situer l'histoire : au niveau de toilettes sèches !
Mais bon fatigué que je suis...
    Déjà je bloque sur lui et lui dis qu'il fait pareil. Lui se justifie (oui et/ou non) : qu'il me le dis, donc ne fait rien courrir de plus. OK, recevable (à la limite... ...mais c'est sa tendance naturelle...). Il précise que c'est une personne de mon blèd, et que lui ne savait pas la réponse mais qu'il pensait que ce n'était pas mon genre... etc...
    Je lui ai dit que si c'était un voisin, il pouvait me le demander perso et direct à la maison. Que la bétise, ou couille ou maladresse, (mais qu'apparement c'est quasi un meutre) que j'aurrais fait ne m'a jamais été attribué par qui que ce soit. Que ceci n'a jamais été fait par la personne qui en a été chargé. Que ceci n'a pas pu arriver à cette date car une annonce bein contraire et toute aussi claire était passé en presse 2 semaines avant (même si c'est moi qui l'ai écrite, elle est par ailleurs vérifiable plusieures fois). Que les intéressès et concernés (les vrais) sont disponibles pour répondre, et qu'ils n'on rien réclamé ou dit à ce sujet.
    Finalement pour conclure, j'ai demandé que cette personne vienne donc me voir et que je lui trouverais du travail bénévole : ceci apprend à la fermer.

tout de silence...

dédé

PS : je ne détaille pas mieux cette "invention" : je ne veux pas pourrir mon blog et vos saines lectures.... ;-)

Publié dans Costaquarium

Commenter cet article