Y'a encore un truc qui coince

Publié le par dédé

    Comme me le rapelle ce titre, y'a encore un problème que je n'arrive pas à cerner, à défaut de l'analyser + le comprendre + tirer des congectures + et faire au mieux....

    Pourquoi je fais le traîne misère emplie de langoureuses et noires pensées...

    Mon remplacement (effectif ou non c'est pareil) ?, son bonheur sans le mien ?, ...et surtout sans moi dans Sa vie ?, le coup de fer sur nos 4 ans rangés et naphtalinés aux archives ?, le fait de ne plus compter pour elle ?, rester le dernier sur le champs de nos ruines ? arriver à douter de tout, de tous et de moi même ?...

    C'est peut-être cette dernière hypothèse qui me coince dans mon état. Il est clair que quand je vois un couple de branleurs sur un banc public j'ai envie de retirer le banc, des mioches saouler un jeune couple de papa-maman, j'aimerais en shooter un ou deux (image), une jolie fille m'inspire comme un panneaux de signalisation... etc...

    Il suffit que cette dernière rie à mon humour tellement acide qui fonderait presque la moue qui fige le quotidient de mon visage... C'est d'ailleurs ce qu'à fait Claudine au portable ce matin... Sur une bétise, elle a rit. Vraiment. (au téléphone on rit souvent pour donner l'info à l'autre qui nous voit pas qu'on rigole à ses paroles...). ça m'a fait bizzard car c'était un peu de vie qui était rentré en moi. Genre y'a la Terre qui tourne, c'est le printemps, les fées courrent de partout, et toi, tu reste au fond de ta caverne car il te semble que si tu bouge, tu va avoir un putain de frisson de solitude à glacer le trou de la couche d'ozone...

    Béatrice débarque incéssament et j'ai tellement de question dont je n'ai pas fait, premièrement et personnellement, le tour que je ne dirais rien. De plus, la fée du samedi arrivera peut-être demain, et ce, dans peut-être les mêmes "dispositions" à mon égard... D'un côté, c'est son regard qui m'a bien aidé cette semaine et que j'aimerai retrouver. D'un autre côté, je me demande si je serais à la hauteur de ses attentes (s'il y a (hauteur et attentes)...). Il est clair que c'est trop tôt pour moi. Mais bon j'espère être un minimum débloqué pour ne pas la rembarrer... Pitchoune, elle n'y est pour rien,
...et moi je n'y suis pas...

    Y'a des rendez vous qu'on sait qu'on va manquer. Et bien, celui-ci, je le préssent dans cette catégorie. Tous ça à cause d'une enclume émotionnelle que jamais j'aurais cru en être chargé. Je paye peut-être mon dilétantisme amoureux de ma jeunesse. Une (ou plusieures car je suis vernis sur ce coup là) ex m'a grigrité un putain de mauvais sort d'où je ne peux sortir... Si ça pouvait enlever quelques aiguilles de la poupée censée me représenter, je dirais que je n'ai jamais rien promis, ni laissé au temps son travail de tissage de coeurs.
    C'est aussi cette notion de temps qui me travaille trop. Il est clair que nous (Ma ancienne Béatrice et moi) n'avons pas la même horloge. Biologique premièrement (désolé d'être un mec...) et surement, mais aussi sentimentalement. Enfin je dis ça, mais Ma ancienne Béatrice avait pris un peu d'avance dans la séparation avant que l' "on" décide de nos différentes voies (voix !)... peut-être que dans 6 ou 9 mois je serais dans son état... Etat que suppose toujours, car s'il elle ne me dit (toujours) rien je vais encore affabuler...

ça aussi c'est Le problème !
Putain, mais c'est ça qui coince !

dédé

Publié dans Béatrice

Commenter cet article