...pas fini de grimper

Publié le par dédé

Dans un courriel d'une bonne étoile du net, une piste de travail sérieuse !

(...) Mais tu es bien parti
(pour) atteindre Ton sommet prochainement. Encore un petit rangement d'égo, et hop il n'y paraîtra plus...  (...)

Et comme un écho, ce mot "égo" se met à me gaver....

Pour situer :
- son billet sur son blog :
http://spaces.msn.com/mireille1946/blog/cns!2DC95A0F47AAD7F4!259.entry?_c11_blogpart_blogpart=blogview&_c=blogpart#permalinke
- la référence au sommet et une référence à une montagne personnelle à grimper, où on peut contempler la vie, le travail fait, et le chemin accompli. ( Mireille si je dis une bêtise, tu me corrige en commentaire )

Ma réponse :
    Le problème c'est que réalité ou pas, perception négative, enfoncement volontaire, système me laissant dans mon faux monde, masochisme me faisant apprécier ma douleur qui remplace au moins son absence, etc...
Si moi j'ai décidé de l'aimer à vie ?
    Pas l'amour universel ou l'amitié coquine, mais bien celui exclusif qui fait te tapper la tête contre ...ton égo !

    Il est clair qu'à mon stade actuel, c'est la grosse question (dont la réponse ne sera que personnelle), mon égo.
    Doublé d'un amour propre qui ne sort pas d'un vélo-machine à laver, et d'un sens de l'honneur social tout aussi borné, je (me) refuse pas mal de chose : m'être tromper, m'être fait tromper, l'erreur, le recommencement, les fautes (les nôtres et les siennes (les miennes je les accèptes dès que je les vois)), la pointer du doigt, lui demander des comptes, être remplacé et remplaçable, être oublier, oublier, tourner la page, ranger le livre, etc...

    C'est une certitude que je ne lui demanderais jamais rien. ...Même pas d'être heureuse dans ses nouveaux choix, car je dois lui laisser sa vie.

(Je pleure ! Enfin, je pleure !)
[Pause]
Merde j'ai pleuré (en riant en même temps, tellement ça fait du bien de se lâcher), le problème c'est que ce fut court car j'ai été dérangé... On fera mieux la prochaine fois !
[reprise]

...lui laisser sa vie, et sortir de la sienne...

Après, à moi de manger mon égo, comme un grand, et jusqu'au bout....

Puis de me trouver UNE autre (si cela est possible), en mieux (si cela est possible), (  et si elle, nouvelle, veut bien de moi et ne de nous en commun....) (si, si si...)

j'ai pas fini d'écrire et de grimper !

dédé

Publié dans Béatrice

Commenter cet article