un vrac en passant

Publié le par dédé

(écrit le 11/06/06 vers 20H30)

Un petit vrac pour ce changer les idées ( morbides au possibles ! )...

....enfin si je peux...

- Rentrant dans un bar local pour mettre les affiches de la fête de la musique de ce vendredi, je me suis fait incendier à cause des retombées ( directes et pécunières pour le coup... ) nulles de la brocante du dimanche avant. Fatigué, lourd du travail donné et à faire et dorénavant rodé je suis ( moi aussi ) rentré dans le lard. Toujours pareil : les statuts de mon association c'est de l'animation de bourg et pas commerciale, nous sommes "4", c'est TA faute. J'ai même terminé par un sibyllin "si Le pouvoir ne Te plaît pas, T'a qu'a le prendre".

- La fée du samedi est réapparue. A 30 mètres mon coeur bondissait. En face à face, handicap lourd de compréhension. A l'apéro, je lui trouve 2 pistes de travail ( elle finie sont CDD cette semaine ) puis jète l'éponge ( manque d'entrainement, de condition et surtout de mental ). A elle de faire Sa vie. Reste que si elle prends le job II, je lui propose une colocation... ça a fait rire plus d'un pote, mais je lui parle comme à un être humain.

- Mon pot d'échappement est coupé. ZEN. Putain de bagnole de merde, toujours un bout qui merde quand ce n'est pas l'autre... Demain je lui fais un tunning de manouche ( mes frères ! ) digne d'un CT OK !

- Demain arrive Anne une ex ...collègue de travail d'Angers. Puis Xavier un pote de mon ex ...bar associatif d'Angers. Ces "cons" aurront fait la même route séparément... Ceci va me changer les idées. ....bien que j'ai du ranger des trucs ( d'elle ) qui à chaque fois me faisait chavirer en passé. De plus, à ranger et nettoyer ainsi, j'hésitais à faire place nette pour mon départ ( succide ou déménagement ). Finalement je suis toujours là ( et las... ) !
    Rajoutons que lorsqu'ils arriveront, je serais en réunion  : CCI + communauté de commune et force vives ( mais artisanales ou commerçantes... ).

- La Fête de la Musique made in Costaros s'annonce sous les meilleurs hospices civiles de la ville. En effet, notre sono est HS suite à la brocante, j'ai 7 groupes et 25 musiciens que par le bouche à oreille ( je parie que j'en aurais plus que le public ! ), j'ai 25 fois par jour envie de me pendre...

- ça me ferais bien rire si MOI, je faisais une dépression ! Si pleurer en se brossant les dents, en comptant sa caisse ( bien que je l'ai déjà fait bien souvent auparavant ;-)... ) ou passer la serpillère ; si fuire les gens et le soleil comme des source à problème ; si repérer les sources à bière possible sur un traget ; Si n'avoir pas ouvert un livre à part Epicure en français dans le texte en 5 mois ; si n'avoir pas passer un coup de fil à ses potes depuis trois petits points ; si être incapable de parler à Béatrice comme maintenant  (!!!!!!) Et si je m'interdit de la contacter ( en premier ) c'est faire une dépression alors je dois en faire pour deux !
    Si par contre, je m'arrête toujours au bord de la route pour saluer le paysage (et liquider une bière ! ) ; si j'ai pour objectif l'accompagnement scolaire de dans 15 jours avec comme invité Manu ; si je refuse le racisme, la télé et cette société de cons ; et si je suis aller voir Esther et Pauline ( Pauline ! Esther faut avoir l'idée d'appeler sa fille Pauline ! ) ; si des gens de tout âge me font signent sur le bord de la route en voyant ma fromageo-mobile, alors il reste un dédé.

    Reste qu'il va falloir changer de sentiments avant l'automne si non j'y passe ( et de ma main ! ).

dédé

Publié dans Vie intérieure

Commenter cet article