Le vélo machine possédé !

Publié le par dédé

J'ai explosé la courroie qui s'est prise dans le pignon de la machine. Ainsi j'en profite pour rationnaliser et réduire la bête.

    La nouvelle courroie est issue de ma voiture : une courroie d'accessoire coupée en deux dans la longueure. Dommage elle est 2 milimètres trop large ! De plus elle n'a pas trop de résistance sur la longueur ( courroie cahoutchou + fibres dans la longueur ), ce qui fait que les rivets pop sautent et qu'il faut en revenir aux aggraphes faite à partir de tiges de rivets pop ( recyclage toujours ! ). De plus elle n'est pas élastique comme mon regrété joint de coffre de voiture ! Ainsi elle pardonne moins les fautes d'alignement et autres surssauts de pédalage...
    J'ai remplacé la calle en bois cassé dans l'explosion de la courroie par une équerre en fer ( même si elle n'a d'équerre que son origine... ). Ainsi je pense régler l'écartement vélo-machine au milimètre... Reste que j'ai trop approché le vélo et la machine, et le travail de callage des deux demeurre trop important pour aligner les deux pignons sur le même plan ( parallèlisme entre les deux impossible à faire ). Il faut absolument écarter la machine du vélo pour permettre un meilleur travail de la courroie, afin qu'elle puisse avoir la marge pour corriger le mouvement.

Tampis pour la miniaturisation !

    Ainsi, un de ces quatre, je démonterais ma forge pour en récupérer une vraie et grande équerre, d'équerre ! Je referais cette courroie à l'ancienne (aggraphe en 450° à base de tige de rivets pop) avec deux courroies de machine à laver ( bonne épaisseur ).

    Quand à maintenant : je vais rincer en tournant à la main le tambour ! L'essorage se fera avec le temps ( désespérément sec ) !

dédé

Commenter cet article

vava 02/07/2006 09:08

bon courage, garde le moral, t'y arrivera bientot .....