Humanité VS* Exclusivité

Publié le par dédé

Beaucoup plus calme je décide d'organiser mes futures mots pour Béatrice...

    Je suis passé par pas mal d'états... Je profite d'une pause de mon céphola-tordu pour poser quelques jalons en vue de ma guérison.

    Déjà je pourrais lui demander si elle n'a pas somatiser son désamour pour moi. Elle qui avait si peur que je la laisse tomber en pourrissant notre couple, histoire de me faire lourder en douceur. C'est une vieille technique de sioux des coeurs dont j'ai, par le passé, beaucoup abusé ( dans le respect des gens quand même ! ... et vu les courtes durées, c'était pas du pourissement mais juste des "mélanges" de  mauvaises graines... ). Elle m'a dailleurs fait promettre plusieurs fois d'avoir la force de dire stop au lieu de le laisser deviner.... C'est elle qui m'a ( peut-être ) devancé ( remplacé surtout ! ) sur cette manoeuvre frauduleuse ! Il est clair qu'en dehors d'ici, lors de sa prise d'appart tout allait déjà mieux pour elle. Qu'importe donc la réponse puisque la solution fut la bonne.

    Pourquoi ne prend t'elle pas des nouvelles de moi ? Suis-je inhumain pour qu'elle me prète aucune faiblesse ? A t'elle peur de remuer le couteau dans les cendre d'un coeur brisé ? Est elle amoureuse de lui au point de vivre seuls ...à deux ? Ai-je été trop brut et fermant tout retour possible, dans mes réactions de protection envers elle et/ou envers moi ? A part que je ne lui en veux pas de ma parano, il n'y a que des questions à cette question "Pourquoi ne prend t'elle pas des nouvelles de moi ?", ainsi je lui la poserais à notre prochaine rencontre !

    Puis-je m'autoriser à la haïre ? Imaginons qu'elle s'est joué de moi ? Laurent, elle l'a connu ( puis l'a abordé en me prenant comme témoin ! ) au début de sa période de descente, ou du moins au début de sa période de fuite... Déjà lorsqu'une copine ( petite amie ou non ) me prend comme témoin de ce genre de jeu : j'ai horreur. Certes j'ai eu beaucoup de copines confidantes, et moi aussi je devais faire pareil... Mais depuis Ema, ce genre d'apparté avec l'amitié comme témoin c'est du "journal people" ! Je ne doute aucunement de son honêteté envers notre couple, mais c'est le coup de la somatisation avec l'option "j'ai peut-être trouvé mieux ailleurs". Donc si c'est la même parade, la riposte sera la même, voir paragraphe somatisation. ( N'empêche que j'ai l'impression d'avoir vu passer un Grosminet... ).

    Mais je la haie toujours ! Là ça viens de la mise en paranthèse de notre Amour de 4 ans et du non SAV de sa part. Merde, elle me plante avec mon magnanime consentement, et ça devrait passer comme une lettre à la Poste ! Elle qui me disait "entier", elle sait que je me suis brûler la peau pour mesurer ma solitude physique... Que dois-je me crâmer par détresse psychique ? Elle m'a trouvé en larme et plus bas que terre lors de notre dernier coup de fils...
    Si je ne me rappèle jamais le mots qui dit " se mettre à la place des autres"**, elle, ne doit même pas savoir que cet état d'esprit peut exister !  C'est sur, ce n'était pas son fort, se mettre à la place des autres, soit pour les comprendre ou pour éprouver un peu de compassion alors que nous ne savions rien de leur épreuve... ( A part les CD des Resto du coeur ( ! ), puis son investissement au Resto bébé par thérapie et sous mes encouragements... ). Mais merde, 4 ans ! C'est pas une erreur de samedi soir ! Si cette putain de cigogne avait assuré, nous aurions 2 gosses issues de nos chairs mélangés ! C'est pas possible elle veux tout oublier, tout nier !
<< Béatrice ! De ce côtè là, je te ...n'en veux pas autant que ça... >>

    Autre question après la haine : l'amour ? Puis-je l'aimer ? ...ou du moins continuer à être amoureux d'elle ?
    Passé un moment, je me l'étais interdit, même par écrit, car je le remplaçais par les déclinaisons "d'apprécier". C'était de la Méthode Couet de base, c'était aussi une abnégation des mots et des idées comme dans une bonne vielle dictature ! Jusqu'où peut aller une dictature de cerveau ? ...de mon cerveau ?
    Mais je crois que j'ai droit à une rechute dans la thérapie. Genre tu reprend ton souffle avec une cigarette ( ! ) au bout de 6 mois d'abstinence complète de tes 3 paquets jour. Quand je me le suis dit, y'a pas trois jours, ceci m'a bien soulagé. En effet, ma souffrance était en lutte contre mon auto-persuasion. En coupant momentanément le flux d'auto-persuasion, la souffrance est passé. T'es submergé mais pas étouffé ! Comme dans les art martiaux ou tu utilise la force adverse pour la retourner contre elle même. C'est aussi le "momentanément" qui est important, car il va bien falloir cesser ces enfantillages un jour !!! ...

    N'empêche que je pourrais même lui le dire ! Juste pour voir, par petite vengeance ( minie représaille poussé par ma "haineet/ouamour" d'elle ), pour lui signifier que moi je n'ai pas changé, par dérision de cette situation de cocucon, par vérité, par humanité.

C'est ça : je l'aime par humanité !

... et son pendant : " je ne l'aime plus par exclusivité ! "

dédé

* : VS = versus en anglaisn = "contre"

** : sérieusement, je ne me rappèle jamais le mots qui dit " se mettre à la place des autres" si quelqu'un peut me le mettre en commentaire, je lui dédicasse le prochain billet en remerciement !

Publié dans Béatrice

Commenter cet article

dédé 02/07/2006 19:14

OUI !merci + : calin !dédé

Tis 02/07/2006 15:24

L'empathie ?

dédé 02/07/2006 14:11

Merci !Il y a un peu de ça, mais c'est un autre mots que je recherche. C'est du vocable philosophique, mais je ne m'en rappelle jamais...dédé

Marie-Anne 01/07/2006 14:39

"sérieusement, je ne me rappèle jamais le mots qui dit " se mettre à la place des autres" si quelqu'un peut me le mettre en commentaire, je lui dédicasse le prochain billet en remerciement !"COMPASSION, dédé !com-passion c'est pas difficile de t'en rappeller ça veux dire :  passionner avec !!!La bizzzzzz Mag