C dit

Publié le par dédé

Je suis très zen (trop ? )...

Une drôle d'impression, comme si c'était fini...

    Pourtant (et je suis en train de relire, pour les imprimer, mes premiers textes...), maintes fois je me suis senti tiré d'affaire, pour mieux replonger le jour (ou le texte) d'après...
    J'ai donc remonté ma vie de ces six-sept derniers mois à travers ces textes balises de ma détresse de couple à moi tout seul. Je suis assez clairevoyant, pas assez retord et revanchard, mais c'est ainsi.
    La Raison à eu raison du plus fort (je me comprend). De plus la Force n'est rien face à la Puissance. Et cette dernière ne se mesure qu'à sa Maîtrise...

Un petit goût de je me suis fait banané quand même...

    Faut que je termine cette relecture et mise en page pour déposer cette oeuvre au pied de mon "ex bien aimée". Monologue en public à la fois de destruction et de reconstruction, de réflexionS, de bonheurSS avec une touche de clavier de cathartie... Il signera la fin pour deux nouveaux départs.

    "Une drôle d'impression, comme si c'était fini..." : Serais-je en paix avec ce monde depuis que j'ai pensé le quitter ? J'y pense toujours mais la date s'éloigne de minute en minute... Puis si j'en parle, et si je ne l'ai pas fait, c'est qu'il n'y a rien à craindre de ce cotès là. En plus j'ai deux ou trois trucs à régler avant de partir afin d'assurer ma succéssion : ce livre, une photo de famille, des clotures de compte pro, un ou deux passages de relais, une nouvelle vie ailleurs ou du moins hors de cette paranthèse.

    C'est peut-être tout simplement la fatigue du week-end, cette chaleur de plomb, cette soif...

...le regard de Clédie...

dédé

PS : dédié à Tis et son empathie

Publié dans Vie intérieure

Commenter cet article

Tis 04/07/2006 08:51

Il y a des moments dans la vie où il n'est pas vraiment utile de devancer l'appel... De toutes façons elle nous attrapera comme le disait si bien le vieux Georges :"La Camarde qui ne m´a jamais pardonné, D´avoir semé des fleurs dans les trous de son nez, Me poursuit d´un zèle imbécile. Alors cerné de près par les enterrements..."