On boira tiède !

Publié le par dédé

En pleine saison, l'essieu de ma remorque neuve depuis 4 mois, vient de lâcher. Panne complète.

    De retour du marché de ce dimanche matin, j'ai explosé un pneu de ma remorque car il frottait. Il frottait car "la noix d'essieu" est HS. Elle est HS soit par malformation à la fabrique, soit par un coup fort. Le coup fort est très, très, très, fortement improbable, car c'est mon outil de travail, qu'il apparteint à mon banquier, et que c'est une valeur (la seule neuve ! ) de l'entreprise que je compte revendre au meilleur prix lors de la fin de cette dernière prévue pour le 30 septembre prochain. Quoiqu'il en soit, elle ne roule plus de chez plus !


    Ainsi je me retrouve sans outil de travail. Ma remorque (et une grande partie de mon stock) est dépannée à 100 km d'ici, vu que l'assistance a techniquement choisie de l'éloigner de ma base, division géophysique et administratives obligent (!?). Demain je ne bosse donc pas (manque à gagner €norm€), et peut-être les jours suivants aussi ("manque à gagner €norm€" à multilpier par rapport aux nombres de jours de panne ! )... Il va falloir que j'aille récupérer mes fromages (1 voyage devrait suffire). Il faudrat aussi que je récupère la remorque et que je trouve un nouvel essieu pour changer.

    Avec de la chance :
- la garantie constructeur ne marchera pas, (je suis sûre qu'ils vont m'embrouiller au mieux pour se défausser de la chose)
- ils seront en vacances, (entre le 15 juillet et le quinze août...)
- ils n'aurront rien en stock, et leur fournisseur sera aussi fermé pour cause d'été.
- je devrais faire la réparation de mes mains,
ou de celles d'un voleur de garagiste...
- mon assurance, blindée sur cette remorque neuve n'assurera rien (sauf l'idiote assistance).


Merci aux dames de l'assistance, aux établisement Coudènesguègue pour le téléphone et la prise de courrant, et au deuxième garage de dépannage (sauf s'il oublie de brancher le froid de mes fromages...)

PAS MERCI au premier garage de dépannage qui mis une chambre et inversé la roue. Malgrès mon fort septisisme, ils m'ont promis que ça tiendrait. ça a tenu ! 5 kilomètres ! En effet, là je me suis arrèté sous leur conseil pour vérifier le blocage de la roue : ça frottait vu que le jeu de la noix s'était emplifié. Deux kilomètres plus loin, je réexplosais le pneu en le poussant au bord de la combustion spontannée !

    Je ne suis même pas dégoûté ou en colère. Je n'ai même pas envie de me pendre. (Marie (et Co.) ne t'inquiète pas ! )

C'est une preuve de plus que je dois mettre fin à cette aventure de travailleur indépendant.

Je regrette juste d'avoir coupé le frigo dans l'appart car je ne peux pas boire de bière fraîche !

on boira tiède !


dédé

PS : envoyez vos dons au premier vrai fromager que vous croiserez.

Commenter cet article

dédé 17/07/2006 14:21

Le SAV prend en charge le tout.Sauf les déplacements (2 aller retour de 100 km chacun pour fromages et remorque réparée), et le manque à gagner.Elle doit être réparé mercredi ou jeudi...Site vélo : j'y pige fifre en english, mais la solution est là !!!BisouX dédé

Tis 17/07/2006 09:57

Ne te décourage pas !Il ne faut pas te laisser faire par le constructeur. Il t'a déjà assez fait lanterner pour la fabriquer et t'a coûté assez cher. Il faut te défendre !De plus, avec un peu de bol il ne ferme qu'en Août.En attendant la réparation ne peux-tu obtenir une remorque de dépannage auprès de lui ?PS : cela n'a rien à voir mais je ne sais toujours pas si tu as vu ce vélo là : http://www.onpeutlefaire.com/forum/viewtopic.php?p=77635