Capacité ou capital atteint ?

Publié le par dédé

Encore un contre coup et donc un questionement à propos de ma ancienne relation avec mon ex.

    Je viens de me poser une question. Si je me la pose c'est que premièrement je dois être sorti d'affaire, et que deuxièmement il n'y aura peut-être plus d'autre affaire.

    Déjà c'est Nada qui a réveillé ça. (1) point.

    Je ne vais pas vous la raconter "l'Amour Absolue A la vie A la mort" avec béatrice, n'empêche qu'une telle puissance (seulement "appréciée" après coup par ma petite personne) fait peur.
ça fait peur.
    Pardon ça ME fait peur, car la prochaine fois je n'attend pas MA Raison pour me faire sauter le caisson lors de mon largage par la miss du jour. J'en ai trop chier pour un type bien tranquille comme moi, je ne veux pas le ré-épprouver. Et c'est là que ça fait doublement peur. Car si je ne veux pas ressouffrir en cas de larguage, je serais toujours un pas en retrait...

    Ne pas m'engager à fond pour ne pas me faire griller... Charger l'autre de sans cesses "tu me le dira si des fois ça n'allait plus entre nous" (comme j'en ai été enflé (dans les 2 sens) par béatrice).... Me cacher la vérité et la cacher à l'autre, puis nous la cacher... Refuser tout investissement autre que corporel (pas matériel, juste son propre corps genre "l'échapatoire masculin")... Voire partir en courrant dès qu'une fille va me regarder !!! ...Alors planter une barrière blanche autour du chien...

    Donc la question : En cas de gros largage, es ce qu'on garde sa capacité à aimer l'autre ? Ou bien nous avons un capital de départ et que, s'il est bouffé d'un côtè, la prochaine aura intérêt à trouver d'autres réserves ou sources ?

    Bon c'est vrai que ma virginité candide couplesque doublée de ma volonté d'absolue sur l'éclats des choses de cette Putain de vie de Merde, fait que je suis bien entamé tout seul, sans parler de capacité ou de capital...

    Bon il y a trois mois je doutais, non : je savais que je ne suis (plus) rien. Maintenant je tente de mesurer l'ampleur des dégats et l'ampleur des restes de convention sociale et amoureuse que je pourrais donner en réponse à une possible fée. C'est que ça va mieux non ?

Mais si le rescensement de ceci ne donne rien ou très peu ?... Et que se reste de cendre me soit encore un peu appréciable, et donc trop valeureux pour être remis en jeu et risqué à nouveau ??? alors tout est fini non ?

Je me reconstruis ou je replonge ?

DD II

Publié dans Vie intérieure

Commenter cet article