ça fait du bieal.

Publié le par dédé

Rien foutre. Rare son ceux qui peuvent partager ce double sentiment... Enfin je pense... Et oui, c'est un sentiment pour moi, et il reste et demeurre malheureusement double... 


Rien foutre.
    Bon, je n'en suis pas encore là car j'ai du retard à rattrapper, de l'actualité urgente à honorer et des futurs très aléatoires à mettre en place, plus quelles annexes que c'est bon de prendre 1/2 journée pour les visiter... Mais j'ai quand même la possibilité de Rien Foutre !
Et quand j'y pense, une double vague me baigne et m'assaille...


La baignade : Je suis en vacances éternelles....
Quel soulagement de n'être plus galéreure idépendant. Oui, le petit travailleur idépendant qui n'a jamais suffisament d'acquis et/ou d'appuis et/ou de largèsses pour pouvoir (pleinement) vivre comme tout un chacun. Peureux et surprévoyant, il reste toujours sur la défensive histoire de ne pas paumer ses clès de sa chaîne de travaillo-mobile, pouvoir se lever pile à temps c'est de l'argent pour ne pas être trop à la bourre tes poche de blé au cas où, ne pas se casser le bras en faisant le con autour du barbe que des potes qui se lâchent sauf moi, etc, etc,....
    Samedi, premier jour de baignade, je ne me suis pas lâché tant que ça, ... car j'étais déjà libéré psychologiquement de ce poids invisible, de cette enclume guillotine de Damoclèsse !

Les assaux : L'autre revers de ma médaille, c'est l'angoisse de ne pas avoir de travail. Je suis en vacances. Je me donne entre deux et six mois pour creuver la dalle complet, et pourtant j'angoisse à fond. Je suis un éner-névro-travailo-pate. Il me faut ma dose. Mais pas un travail générique comme aider un pote ou faire son jardin ou du bénévolat. Il me faut un vrai de-job certifié taravail de manard officiel. C'est bête hein ? ...pour un gars qui se dit cracher sur la définition du travail du FMI+médèf ! Enfin bon demain je m'y mets

(à la faignantise ou au travail ?).

De toute façon les deux font du bien et/ou du mal et parfois les deux en même temps.
ça fait donc du bieal !
A moi de n'en garder que le bon.


DD II

Publié dans Vie intérieure

Commenter cet article

dédé 04/10/2006 17:26

Merci !Je peux dire que j'en tourne depuis deux opu trois jours !...mais il en reste...Tout est bieal qui fini bieal donc !DD II

therese 04/10/2006 15:37

Tout est bieal dans la vie...
Pour un ener-nevro-travaillo-pate le boulot est aussi un refuge. C\\\'est courageux de le lâcher. (j\\\'aimerais faire pareil...). ça permet sûrement de prendre du recul, être neuf pour autre chose...
j\\\'ai survolé ton blog: tu as bien besoin d\\\'oublier tes vieilles casseroles!! Derrière le desespéré que tu es, il y a un sacré numéro... Tourne la page, et reprend vie!
Bonne chance.