vacances II/4

Publié le par dédé

VACANCES au pluriels car 2 jours de off. De retour au bercaï, par où vais-je continuer ?
( épisode II )



21H00 devant le théâtre.

Nada sort.

Me voit.

    Plissant mes yeux de miope pour intérroger son premier regard, mon bras me double. Porté sur le coeur, il s'ouvre comme son alter et mon sourrire. Un sourrire, c'est cool. C'est cool, un (autre) sourrir. Nada répond comme un miroir. Ou c'est moi ? La bise timide mais franche (= nous étions d'accord n'est ce pas, mais ça fait bizzard ; et le contraire aurait fait pareil non ?) et un timide et double "ça va ? " (= tu réagie bien ?). Deux ou trois autres mots comme ça, juste pour vérifier l'état couplo-sociale de l'autre.

    Mon corps, lui par contre : "N'as tu pas vu ? ne m'a tu pas vu ? Ne m'as tu pas vu nouveau ?".
    J'ai l'impression d'être sur un tatamis de judo à ma grande époque. Un (mon) soleil brille dans mon dos. Je suis calme et emplis comme le lac au matin.

    Merde elle me coince à la billéterie. Merde soirée gâchée, vacances de même. J'ai horreur qu'on m'invite quand je vais à un spectacle. Sûr c'est une délicate attention, mais j'ai l'impression de ne pas pleinement en profiter. C'est comme le psy qu'il faut grassement graisser pour que ça glisse*... Déjà qu'aux Théâtrales où je ne suis que membre et non bénévole (par manque de temps) et/ou correspondant (mais c'est quasi mon dernier métier gratis et c'est un autre engagement par ailleurs), on me fait le coup à chaque fois que je suis obligé de resortir pour soudoyer de mielleries et de justificatifs la préposé du jour à la caisse pour pouvoir payer ! Et puis, ici, personne ne me connait ! Génant ! En plus, c'est con pour (les finances de) le théâtre et la paye de la compagnie à Nada...

    Nada me demande d'occuper le premier rang. C'est une obligation de fait, car la salle est bien remplie déjà. Comment vont'ils réagir à cette explosion punk de puls'textes ? J'exagère ? Rien que le titre : M.A.M.A.E. en jète ! Là tu te tiens à chialer ta mère quand c'est traduit en Meutre Artistique Munition Action Explosion !

C'est parti.

    Je touche des jambes les comédiennes qui répondent en salve de poustillons sur mes verres embuées de gêneS. Les lumières réglées simples mais performant me font regretter mon matos photo laissé à l'interieur de mon carosse. Ma voisine tirbouchone son sac pleurant son vendredi soir de ThalasStarac . Le groupe de lycéens du public rentre à fond dans le train.

J'arrive.

en 10 secondes

j'Y suis !

....

C'est fini.

" et oui je connais la barge qui écrits des trucs comme ça ET (surtout) ainsi ".

    C'est le fond ou la forme qui me botte ?

Je dirais, vite fait, moït-moït.
Reste que le fond pourrait être plus explicite....
Reste que la forme pourrait être plus sexy-trash-punk....

NON !

    C'est Et l'un Et l'autre ! Fond + Forme = Théâtre !

Mieux : Fond ainsi et Forme tel quel = Théâtre version
Nada !

Point. 
" ta gueule, je t'enc... ", comme c'est dit dans la pièce.


à suivre....


DD II

* : au fait je suis la preuve vivante que les psy c'est du "pipeau dans ton sens". Un jour je vous en parlerais. C'est pas déjà fait ?

Publié dans Blogstruction

Commenter cet article