Retour aux sources des nostalgies III/7

Publié le par dédé

l’Auvergne, c’est immense, varié, et beau. Là-bas c’est petit, plat, et humide, mais l’Anjou à d’autres plaisirs !

    Anne, justement (!) ancienne collègue de travail (la seule personne intéressante sur le lot de mon ancien magasin) restant injoignable, je me tourne vers La Source.

    La source ici, étant la source d’alternatives (plus politique que pratico-partique (ville oblige)) et de musique (alternative aussi ! ). Là, je les retrouve presque tous (sauf ceux partis en tchéqui pour faire de la zique), avec plein de nouveaux !

    Enfin des nouvelles têtes ici. En plus ce dimanche, c’était atelier couture et réparation de vélo. Il parait que le CPE à fait du bien aux mouvements alternatifs, comme la circulation et le vélo en ville, et le purin d’ortie ! A part les radarisés de bord de route déserte, et les futurs non-fumeurs dans les bars, qui sont des cibles plus diffusent et donc difficilement embrigadable (façon positive du terme), « ils » (les fameux) font le travail à notre place. C’est cool que cet Etat ou plutôt ce système, car l’Etat actuel n’en est qu’un de ces outils de pression et d’exécution, se mette lui-même des bâtons dans les roues. A chaque connerie qu’il sort, c’est 1 000 personnes qui changent leur façon de voir, voir de vivre. Continuez, nous vous suivons !

    Là après deux ou trois nouvelles de "que je ne fais rien, et que c’est cool, sauf quand je glande", on se prépare pour un concert dans un troglodyte plus ou moins communautaire et autogéré. On fait deux caisses et taillons gaiement la route (là j’ai eu ma dose, mais on en rajoute...). ½ heure et nous y sommes. C’est un troglo, mais pas trop communautaire, et encore moins autogéré. Un des gars du coin qui se la veux le plus coool possible bloque sur moi. J’aime bien ceux qui se dise être coool. Sûr que c’est eux les plus cons, mono allant dans mon sens, facilement braquable et intégriste. Sans parler des comportements sociaux les autorisant à commander et arbitrer sur le dos de la meuf, du punk sdf, du nouveau ou du chien… Baste, vu que je ne dis rien (des sujets comme ça, même au PMU du vendredi soir, on y fait de la méta phylo à côté), que je ne suis pas habillé comme les autres (j’ai un béret sur la tête ! ), que je ne picole, ni ne fume (car lui me saoul de ses discours de type coool), il ne cesse de me pointer. Des regards au départ, des questions directes ensuite sans attendre les réponses, puis des vannes sur le peu qu’il a pu récolter… Il est raide et va se vautrer avec une pôvresse sous le bras en attendant d’être entre ses jambes… J’y foutrais le feu et une guillotine dans tout ces lieux dit différents et coool, mais où, un ou quelques-uns, font les gourous de nouveaux cerfs contents de retrouver un couvercle sur leur tête... ...le feu et la guillotine... ...et quelques coups de pied au cul !

(…en plus il a joué de la guitare autour du feu !).

     Enfin le concert peut commencer. Là, je peux enfin réécouter Fabien digne descendant de Jimmy (H…), retrouvé Camille dit par ailleurs Médvédik, un mono-core-man qui aujourd’hui frappe sur une batterie, et qui cogne comme si c’était une ex, ou un skin. Il joue du « garage » dans la cave du troglo ! Trop bon ce son ici. Le public suit bien. J’ai oublié mes bouchons d’oreilles…

    Bonne musique dans une pas bonne soirée (pour moi donc). Y’a un truc qui me chiffonne…

Y’a un truc qui me chiffonne…

(à suivre…)

DD II

Publié dans Blogstruction

Commenter cet article