D'or ou d'argentique ?

Publié le par dédé

Je l'ai revue la petite fille de La Wanda*...
    La Wanda* et son fameux troquet à Nezzo*. Un blèd, pas loin d'ici, x* km, où je m'arrête parfois pour une Binouze limonadée ou un Perriersguègue de retour de randonnées champignonesques ou de baignades aux bords de la rivière*... La Wanda* à la grande guouaille, qui enguirlande les jeunes qui veulent un Bountysguègue (car ils sont périmés ...mais toujours dans le présentoire de vente ! ) et qui refuse de rendre la monnaie que les gens oublient sur les tables de sa minie terrasse : "Ah je ne vais pas leur courrir après s'il oublient leurs sous ! " (faudra que je lui explique un jour, l'art du pourboire...).  

    Mais bon La Wanda*, je n'aimerais pas l'avoir, même pas en photo....
Par contre sa petite fille !...
 
    Je ne vous avais jamais dit que j'avais été vendeur d'appareils et de travaux photos.... C'est juste, pour vous situer jusqu'où ma porté ma frustration de La Photographie... Mon truc c'était les poteaux électriques ! Si si, j'aime bien les lignes qui fendent le ciel, et les liens qu'ils tendent vers l'ailleurs... Et puis, je suis aussi un portraitiste frustré... Je voulais m'appeler "O.M.A.Z le portrait triste". O.M. de mon premier appareil reflex (OM 10 d'Olympussguègue). A.Z. pour de A à Z décrivant ainsi la totalité de ce que mes yeux mourrants ne pourront plus me faire voir. Oui je suis myope. Suffisament pour ne plus voir la lune, que comme une goute de lait dans du café, lorsque la nuit je me lève ; mais stabilisé depuis le début de mon déclin physique... (A croire que c'est ça ou le reste !). Et le portrait triste par que je veux capturer l'âme en réflexion du modèle dans, et à travers, son regard...
    M'enfin quoiqu'il en soit, l'image et la lumière on une grande importance pour moi. Et quand cette lumière se porte sur un visage...  ...et que cet furtif éclats reste pérenne dans ma rétine...

    Déjà elle ne dénoterait pas à la première page d'un magazine ( féminin ! ). Le genre que les gars se taisent et n'osent se retourner. Le style qu'on a cru être trompé par sa vue et qu'on cogite si on n'est pas encore devant la télé ou dans son lit...
     Il est clair que physiquement c'est une belle jeune femme. Fine, élancée, entre 17 et 22, mais plutôt sous la barre de 20 ans. Chatin au carré, les yeux bleu clair... Clair-transparant comme si rien ne renvoyait notre interrogation du regard, notre début de conversation d'oeillade... Notre parole visuelle ne rebondissant sur rien, se perd... ...s'y perd. ....définitivement.
    Et il y a aussi, cette petite cicatrice au dessus de la lèvre. Franche et incisive (de questions) qu'on pourrait compter les points de souture. Comme si la beauté avait du être payer bien avant l'âge où l'on perd toutes illusions... Un rappel à l'ordre ? Ou le Yang de ce complet Ying ?
    Elle doit se savoir belle, ...ce qui rajoute à son port naturellement classe, un dédain hautin sur son environnement. Si elle n'avait pas son carisme qui fait qu'on ne sait plus quoi, et comment penser, ce serait peut-être une petite bêcheuse de plus... Mais je ne le pense pas, car sa plastique ne trahie aucun esprit torve. Elle fait partie de ces gens beaux et gracieux de l'extérieur, qui en ont tout autant, voire deux fois plus à l'intérieur...
    Sa timidité (ou ma transparence...) on fait qu'à notre première rencontre elle a continué à travailler avec plus d'entrain que le méritaient l'heure et la tâche. De toute façon, et à sa place j'aurais fait pareil, en double au moins, et de l'autre côté du bar !
    Ce matin, si La Wanda* m'a hélé son salut, elle...  Elle est resté comme les statues ...de la même pierre froide et blanche. Timide ou transparent ? Je sais qu'elle m'a vue... et elle, de même... ...et moi je l'ai regardé ! Opaque comme échange !

    Pareil (voir article d'hier), nous navons rien en commun et je ne peux qu'apporter que du mauvais. Tel le roi Midas, mais pas en or...

Mais le poète touche t'il sa muse ?
    Je ne veux surtout pas la toucher, mais juste stopper le temps d'un clin d'oeil, capturer le goût de son âme... Si je me dis photographe, pourquoi ne pas lui proposer une scéance de portrait ? Deux péloches dans les boîtiers qui prennent la poussière, un ou deux cailloux de luxe (caillou = objectif dans le language des photographieux), mon boitier 6X4, et un bouquet de fous genêts pour le cadre... Mais n'importe quel cadre sera largement occulté par tant de lumière... Et c'est mon matériel qui risque d'être ébloui !
Quelques photons d'émotion sur une émulsion...
....et le reste ce n'est que de la litérature (des plus virtuelles**) !

ça tombe bien, jeudi je vais aux morilles, ET je vais porter quelques affiches...

Si je ne suis pas le roi Midas de l'or le serais-je de l'argentique ?

dédé

* : Appélation d'emprunt et donnée cachée pour présever un (relatif...) anonymat... Mais si vous la voyez dans le coin, vous (re)connaîterez sûrement le(s) tourement(s) du poète...

** : Je parie la vente d'une de mes motos que je ne le lui demanderais jamais rien d'autre d'  "un galopin bien blanc, siouplait "...

Publié dans Costaquarium

Commenter cet article

sourire741 03/05/2006 14:57

"que du mauvais"...et puis quoi encore ??!! Arrête de te dévaloriser stp !! non mais !