...je veux parler...

Publié le par dédé

    Le problème maintenant, c'est que je n'ai personne à qui partager...

    Par exemple aujourd'hui où j'ai encore fait plein de choses, vécu plein de trucs et en ai ressentis 10 fois plus..., j'aimerais bien en échanger avec quelqu'un, du même calibre que moi (?), de la même philosophie (? toujours), avec un minimum de base commune : humour, point de vie (= point de vue sur la vie), perception de ce monde de barge, choix différents, etc, etc...

    Qui par exemple pourrait apprécier la bonne matinée de taff que j'ai passé ? Plein le tirroir caisse que j'en ai brassé... Tout en sachant qu'un jour en cette saison c'est 3 jours d'hiver et que ce n'est que de la tune pour vivre sans emmerder la société.
    Qui aurrait pu souspeser cette poésie dans le regard d'un naturiste, une exsuvie (carapace vide et sèche de l'ancien stade) dans la main, me décrivant l'heure passée hier à regarder la naissance d'une libellule au sortir de sa larve au pied du premier château en bord de Loire ?....
    Qui aurrait partager le fait que je me sois arrêté au bord de la route, du hardcore à donf dans la voiture, pour regarder une (femelle donc) busard cendré défendre son nid, ou au moins, son espace vital, face à un faucon crécerelle, avant d'aller voir la Monique pour lui remetttre des affiches et tracts en échange d'une binouze (réglée) ?
    Qui aurrait trippé à ce poussif match des vétérants baptisant leur nouveau maillot à deux matchs de la fin de saison, assortis de part de pizza et de pastis tiède et tenant le crachoir à leurs femmes s'enquiétant de ma santé de célibataire (...) ?
    Avec qui pourrais-je partager cet oseille à la crème, rallongé d'oeufs brouillés, pour dix personnes, que je me fais rapidement, tout en écrivant cet article et en peignant un panneaux de bord de rond-point pour annoncer le vide grenier de dimanche ? (et à qui pourrais-je demander de bien vouloir accepter mes escuses d'y avoir mis trop de sel ?, ...mais avec l'oseille c'est pas évidant...)
    A qui pourrais-je me vanté ( aussi ! ) d'avoir réparé mon frein à mains en moins d'un quart d'heure alors que je croyais le câble HS, à cause d'un défaut de fabrication de Peugeotsguègue sur mon partenersguègue de fonction qui fait sauter les câbles de leur emplacement initial ?
    Avec qui pourrais-je dormir, histoire de ne pas uniquement fermer l'interrupteur de ma conscience pour 6 heures de sommeil on/off et repartir les jambes au cou au service (sévice) du taff comme si de rien ne s'était passé ou, (mieux), comme si j'étais fait de métal et d'huile ?

    ...à part vous, fidèles lecteurs, je veux dire, ...je veux parler....

dédé
   

Publié dans Vie intérieure

Commenter cet article

Tis 28/05/2006 07:05

Avec ta fée du samedi ?